Utilisation de la phytothérapie chez les chevaux de compétition

Publié le 7 janvier 2019
Cavalière et cheval de sport

 

Contexte scientifique

Le laboratoire Wamine a mené des études de 2013 à 2018 afin de vérifier que l’administration d’Extraits de Plantes fraiches Standardisés ne conduit pas à rendre «positifs» les résultats des analyses de sang et d’urine de chevaux de compétition.

Ces études ont été réalisées au cours de thèses à l’École Nationale Vétérinaire de Lyon (VetAgro Sup) et à l’École Nationale Vétérinaire d’Alfort avec la collaboration de la clinique vétérinaire de l’École Nationale d’Équitation (ENE Saumur).

54 extraits de plantes standardisés ont été testés sur des chevaux de compétition

Chaque préparation magistrale a été administrée à un groupe de 6 chevaux pendant 7 jours, à raison de 80 ml par jour, soit 5 fois la dose moyenne indicative.

Aucune substance prohibée

Les analyses effectuées par le LCH (Laboratoire des Courses Hippiques) sur des prélèvements de sang et d’urine n’ont révélé aucune substance prohibée.

Nos extraits de plantes peuvent donc être administrés aux chevaux de compétition,  même en période d’épreuves.

Plantes EPS sans substance prohibée

Seul l’extrait de Guarana a présenté la présence de caféine. Il convient donc de ne pas l’utiliser chez l’animal de sport dans les 15 jours précédant l’épreuve.

 

 

Bibliographie :

RECHERCHE DE SUBSTANCES DOPANTES APRES  ADMINISTRATION D’EXTRAITS DE PLANTES FRAÎCHES STANDARDISES ET GLYCERINES (EPS) CHEZ DES CHEVAUX DE SPORT

Lire la Thèse